« Mais je ne suis pas un héros, je n’ai pas choisi d’être le gosse orphelin de Charly, ni le petit rouquin rescapé d’Oradour-sur-Glane, comme on m’appelait là-bas ! Je préférerais que personne ne me connaisse ni à Limoges ni ici, mais que mes parents, mes sœurs et mon petit frère soient encore vivants. Depuis un an, je pense à eux tous les jours, tout le temps. Et tu sais pourquoi ? Parce que je ne veux pas oublier tous les bons moments avant ce maudit samedi. »

L’histoire vraie de Roger, seul enfant rescapé du massacre d’Oradour-sur-Glane sur 10 juin 1944.