Liste


Blog Un livre dans ma valise, Sandrine Damie

« L’enfant d’Oradour », un témoignage poignant à hauteur d’enfants

Comment parler du massacre d’Oradour aux enfants ? Plus qu’un exposé historique, l’auteur de ce roman pour les juniors ancre son propos dans le quotidien d’un enfant du village. Sa particularité ? Il est le seul à avoir survécu à ce massacre !

Roger et sa famille ont été déracinés de leur Moselle natale, en quelques heures, par les Allemands en 1940. Leur maison réquisitionnée comme beaucoup d’autres dans le village, les voilà mis de force dans un train pour rejoindre une destination inconnue jusque là : le village d’Oradour-Sur-Glane. Roger y coule des jours heureux en famille jusqu’à ce terrible samedi 10 juin 1944.

Après avoir rappelé ce 1er épisode chaotique pour la famille, le narrateur décrit les 10 jours qui vont précéder le massacre. Le lecteur se laisse emporter par ce quotidien banal, avec les jeux d’enfants, l’amitié de Roger et Marcel, la communion d’une de ses sœurs, la canne du grand-père… autant de petites anecdotes qui nous familiarisent avec la vie de ce gros bourg de Province. Au fil des pages, on s’attache à Roger, espiègle petit rouquin.

Alors que les enfants sont rassemblés dans leurs écoles, les Allemands arrivent, et somment la population de se rassembler sur la place du village. Se méfiant des Allemands comme le lui a appris son père, Roger fuit, seul, et échappe à plusieurs reprises aux soldats. Recueilli dans un hameau proche d’Oradour, il se demande bien ce qu’était cette épaisse fumée s’échappant de son village suite à une forte détonation. Rapidement, l’espoir de retrouver ses proches s’effondre…

La lecture de ce roman est loin d’être évidente. En le débutant, on connaît évidemment la fin tragique, ce qui rend le récit encore plus dur à soutenir. Les chapitres s’enchaînent de façon chronologique, nous rapprochant de la tragédie. Cela renforce l’intensité du propos. Les derniers chapitres consacrés au retour à une vie « normale » serrent le coeur. Et on n’a qu’un souhait : que chaque survivant d’un tel massacre ait pu trouver le chemin de la résilience pour se reconstruire.

Autant, vous le dire, je n’ai pas 9 ans (âge préconisé pour cette lecture), mais j’ai pleuré. L’amour familial qui ressort de la narration montre combien Roger aimait ses proches. C’est un bel hommage qui leur est ici rendu.

Bon à savoir : un dossier documentaire de quelques pages prolonge le roman. De quoi aider votre enfant à situer le massacre dans le contexte de la Guerre. C’est aussi l’occasion de discuter avec lui d’Histoire en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Articles

1 2 3 6
décembre 18th, 2019

Nathalie B., enseignante en primaire, a lu le roman avec ses élèves

décembre 18th, 2019

Je ne pensais pas un tel roman possible

décembre 18th, 2019

Je conseille aux parents de le lire avant pour pouvoir en parler avec leurs enfants

décembre 18th, 2019

Sobre et pudique

décembre 18th, 2019

Je sais à présent comment j’arriverai à en parler à ma fille

décembre 18th, 2019

Sans jamais tomber dans le « trop »

décembre 18th, 2019

Un récit complété par un dossier documentaire clair et précis

décembre 18th, 2019

« La culture de la paix s’inculque dès le plus jeune âge »

décembre 18th, 2019

Une formidable adaptation de cet événement historique

décembre 18th, 2019

L’occasion de parler d’Histoire avec votre enfant